STATEA

Le contexte :
Installation créée pour la soirée de lancement de l’album STATEA, fruit de la rencontre entre une pianiste classique et un producteur de musique électronique.
Organisateurs : Label Infiné, Yamaha Musique, Qobuz

L’histoire :
Comment traduire le projet musical de Murcof et Vanessa Wagner ? 10 titres se succèdent, les nappes de musique électronique, comme une lame de fond, portent les notes claires et délicates du piano.

Le dispositif :
Unité. Un élément central. De sa base s’échappe une brume parfumée qui représente la nappe électro, une lame de fond puissante et enveloppante. Par dessus, goutte à goutte, s’écoule une eau aromatisée aux notes délicates, comme les doigts sur les touches d’un piano. Jeu de rythmes, de silences, une imbrication organique des deux univers musicaux.

Dualité. De part et d’autres de l’unité centrale, deux panneaux olfactifs, miroirs déformants. Chacun cache une identité propre. Puissante et un peu sourde pour l’un, vive et délicate pour l’autre. Deux univers qui s’observent.